Aquarium Recifal

Le choix des matériels nécessaires à l'aquarium récifal

Je ne ferais pas ici de distinction entre les divers types d’aquariums marins ou les orientations quant à la population souhaitée, mon choix se justifie par le fait que je trouve dommage de se cantonner à une population de coraux mou parce que l’on n’est pas équipé d'un réacteur à calcaire par exemple. D’autant que bien souvent l'arrivée d'un corail dans nos bac fait suite à un achat compulsif (mais si, mais si !) ou à un généreux don d'une bouture provenant du bac d'un ami ! Voici donc un rapide tour d’horizon des matériels de base nécessaire a tout bon commencement.

en premier lieu, la cuve: si vous ne partez pas sur un modèle du commerce tout prêt, je ne saurait que trop vous conseiller de choisir une cuve nue que les plus adroits perceront et que les moins aguerris feront percer, ainsi fait vous pourrez l'équiper d'une cloison de sur-verse et d'un peigne de débordement. De cette façon vous régler de manière définitive tout problème de réglage ou d'aspiration que les autres systèmes rencontrent systématiquement.

La décantation, elle pourra être faite à partir d'un ancien aquarium, par exemple celui ou vous mainteniez des guppys lors de votre enfance ! Vous choisirez un modèle d’un volume d’environ 1/5° du volume de votre bac. De plus, cette décante devra être à même de recevoir le volume d’eau de débordement de votre aquarium lors d’une coupure de courant par exemple. Vous pourrez cloisonner cette cuve en plusieurs compartiments : le premier recevra la descente d’eau sur un micro-bag ou du perlon, le deuxième compartiment accueillera l’écumeur et le réacteur à calcaire, puis la troisième partie sera dédiée à la pompe de remontée et se verra dotée d’un osmolateur afin de compenser les variations de niveau dues à l’évaporation.

L’écumeur, qu’il soit du commerce ou fait de vos blanches mains, il devra être largement dimensionné, c'est-à-dire que le rapport largeur / hauteur doit offrir un maximum de temps de contact entre l’air et l’eau. Quant à sa pompe elle sera équipée d’un rotor « mesh » ou à picots. Toujours est il que si vous opter pour un modèle du commerce, choisissez un écumeur prévu pour au moins deux fois votre volume d’eau total.

Le réacteur à calcaire, pour lui aussi, que vous jetiez votre dévolu sur un modèle du commerce ou que vous le fassiez avec vos petits doigts boudinés, il devra recevoir au minimum un litre de granulat calcaire, voire quatre ou cinq pour un bac de mille litres. Veillez à ce qu’il permette la mise en place d’une sonde Ph.

La pompe de remontée, elle devra faire circuler trois fois le volume de votre bac par heure, mais il faut aussi tenir compte des pertes de charges liées à la hauteur à remonter, au diamètre et aux coudes de la tuyauterie de remontée. Soyez donc attentif au diagramme de capacité de chaque pompe que tout bon fabriquant ne manque pas de faire figurer sur l’emballage de ses produits.

Le chauffage, sa puissance sera de un watt par litre d’eau, certains modèles en titane sont reliés à une centrale permettant à la fois un réglage au degré près et une lecture permanente de la température.

Revenons dans la cuve principale.

Les pompes de brassage seront des modèles à large flux de type « stream » qu’il y en est une ou plusieurs, le volume de brassage total sera au moins de vingt fois le volume horaire de votre bac. De plus, de nombreux modèles à vitesse variable ou pulsé offre des cycles de brassage alterné limitant à la fois la dépose des sédiments et facilitant la pousse des coraux. Le choix de l’emplacement des pompes se fera de manière à croiser les flux, mais un réglage par tâtonnements sera de toute façon indispensable !

Enfin l’éclairage, votre choix dépend de la hauteur d’eau, au delà de cinquante centimètres, les HQI seront préférés aux tubes T5. Encore une fois, on applique la rège des un watt par litre d’eau. L’éclairage par HQI sera complété par des tubes actiniques dont la période d’éclairage sera plus longue de une a deux heure que pour les HQI. En général, l’aquariophile fait le choix d’ampoule HQI dont la température d’éclairage sera comprise entre 10 000k° et 14 500k° et de tubes bleus en complément. Toutefois, vous pouvez parfaitement opter pour un éclairage totalement réalisé par des tubes T5, vous prendrez soins de mixer les températures de couleur et le temps d’éclairage pour chaque groupe de tube. Vous pourrez ainsi créer l’ambiance lumineuse qui vous plait !

En dernier lieu, il vous faudra faire le choix d’un osmoseur selon la qualité d’eau de votre commune, mais soyons réaliste, a moins d’habiter en montagne ou loin de toute trace de civilisation, cet appareil sera vite indispensable si vous souhaiter obtenir une qualité d’eau digne de ce nom. Vous pourrez aussi le connecter à l’osmolateur afin que l’eau de compensation soit la plus pure possible.